Billetterie
 

Jazz de Mars 2020

Pas de mois de mars sans jazz en Eure-et-Loir !

Voici donc la 26e édition du Festival Jazz de Mars, pour ceux qui aiment le jazz et pour ceux qui ne cessent de le découvrir.

Une musique ouverte, généreuse, qui traverse allègrement les frontières et ne cesse de s’enrichir au grès des rencontres. Mais pour être une musique de son temps (et du printemps) le jazz plonge naturellement ses racines dans le terreau de la tradition.

Au programme donc un hommage émouvant à Louis Armstrong avec le duo ERIC LE LANN/PAUL LAY, une remarquable réussite du projet LUIS PRIMA FOR EVER, et la machinerie de luxe que constitue aujourd’hui, en France, le UMLAUT BIG BAND. Du côté des grandes dames et des grandes voix du jazz, on pourra voir et entendre avec quelle maestria, ROBIN MC KELLE illustre le genre de la ballade.

On le sait : pas de jazz sans cette pulsation vitale, souterraine, qu’est le swing. Il affleure partout certes, mais certains groupes le revendiquent haut et fort tels SWING ME HENRI ou le SWINGIN’BAYONNE, lequel anime régulièrement le caveau de la Huchette. Et pas de jazz non plus sans les profondeurs du blues incarnées en particulier par les voix de NINA VAN HORN (dans un hommage à Nina Simone), et celle de THOMAS HELLMAN aux accents canadiens.

Musique hybride dès l’origine, on retrouvera naturellement le jazz en pleine vigueur, là où les greffes sont particulièrement réussies : avec le AURORE VOILQUE QUARTET, où il féconde la gouaille populaire et l’inspiration manouche ; avec STANDARDS ET BIANCA où il s’enrichit des croisements avec l’univers de la pop ; avec le groupe MO’DRUMS qui éclaire Jimi Hendrix par le jazz et vice-versa. Avec OGGY AND THE PHONICS on partira explorer les nouvelles terres de l’électro-jazz.

La chaleur de la musique latino sera, quant à elle, particulièrement bien présente pour cette édition du festival avec le groupe du pianiste d’origine cubaine HAROLD LOPEZ NUSSA, la chanteuse LURA (musique capverdienne) et les percussions de FRANCOIS CONSTANTIN accompagnées de solides experts en salsa.

Enfin, s’il est vrai que le jazz court ainsi la campagne, se jouant des barrières et des frontières, ce que démontrent un groupe comme ZÜM TRIO ou encore le projet de RENAUD GARCIA-FONS où se fondent plusieurs esthétiques et plusieurs traditions, le jazz sait aussi, comme le propose BRUNO ANGELINI dans son Open Land, se faire profondément intimiste et méditatif, susceptible de peindre les paysages-états d’âme de chacun.

Télécharger le dossier de presse

Nicole Giraudo, Présidente de Jazz en réseau